actualités      


à propos   


la démarche

« Je veux peindre l’existence, en chercher l’essence. Le choix de la nature s’impose à moi, elle est sans projet, si ce n’est survivre. La nature que je peins est celle de la ville, celle où j’habite, où j’erre, celle qui pousse et résiste dans les interstices. Je ne cherche rien à affirmer, juste à montrer. Je peins l’inéluctable. »

Yannick BERNEDE développe depuis plusieurs années une peinture qui évoque plus qu’elle ne représente. Ses paysages fantomatiques et déliquescents célèbrent une nature mytérieuse et fantasmée où l’humain subsiste à l’état de traces, d’indices. Depuis 2017 sa démarche prend une tournure plus radicale. La rencontre avec l’oeuvre de Virginia Woolf, puis celle de Fernando Pessoa et de Francis Ponge l'oriente vers une peinture de la matérialité brute, tentant de rendre compte de l'expérience du réel, dans sa pure simplicité.


infos

Yannick Bernede, né en 1981, vit et travaille à Paris. Après une enfance dans le sud ouest marquée par l'omniprésence de la nature et la perte de sa mère, il réalise un cursus en arts plastiques à l'université de la Sorbonne avant de s'orienter vers le graphisme.
En marge du milieu artistique, il réalise de 2007 à 2013 le projet programmatique Les Veilleuses, sous le pseudonyme Luc R, visant à explorer la notion de mémoire et la fictionnalisation du vécu qu'elle sous-tend.
En 2012 il délaisse son travail de directeur artistique pour le cinéma d'auteur et entre en master de recherche à la Sorbonne. Il s'intéresse alors au concept d'esthétique disparitionniste chez Paul Ardenne et interroge la disparition comme sujet et moyen de la représentation ( télécharger le mémoire ).
De 2014 à 2016, c'est à travers ce prisme qu'il va questionner l'esthétique du rêve globalisé et la fabrication du réel que génère les réseaux sociaux. Ce travail, salué lors du Salon de Montrouge en 2016, sera par la suite délaissé au profit d'une peinture plus intime, plus assumée, qui questionne la matérialité de l'existence.
Depuis 2014, Yannick Bernede se consacre à sa démarche et à l'enseignement.


expositions

2022
PAD Paris BOOTH 5 - Jardin des tuileries - du 5 au 10 avril 2022 - Mouvements Modernes / télécharger le dossier de presse


presse

« Des paysages subtils qui incitent à une certaine méditation. » Thierry Hay
« On sent le geste précis et rapide, ou diffus et lent a certains moments. Assurément, Bernède est un vrai peintre »
Sophie de Santis lire l'article
« Ici, dans une lenteur rapide, le geste de Bernède, comme celui du calligraphe, trace des ukiyo-e japonais, des images du monde flottant. Par l’effacement et la liquidité de ses médiums, l’artiste donne à voir des constellations de réalités et des constellations de pensées, révélant ainsi l’indicible du souvenir, qui permet de créer.
Ici, il rend visible et matérialise ce qu’il en est de la disparition qui, paradoxale, se dérobe en apparaissant, comme autant de présences qui s’effacent, de palimpsestes que l’on doit décrypter et qui attendent le regard de l’autre pour apparaître dans leur plénitude et pour que l’œuvre advienne et affirme sa présence, son être au monde. Et ce faisant, Yannick Bernède s’affirme comme peintre: résolument. » »

Gaya GOLDCYMER lire le texte